travaux de rénovation

Effectuer des travaux dans sa maison peut s’avérer être au final extrêmement coûteux. Il existe différents types de prêts pour subventionner un projet de rénovation et améliorer la qualité environnementale de votre habitation.

Crédit immobilier : intérêt de l'éco-prêt à taux zéro

Afin que votre logement offre de meilleures performances en termes de consommation énergétique, il est primordial de le rénover. Malheureusement, les frais liés à ces travaux sont souvent importants, d’où la nécessité d'opter pour le crédit immobilier, l'éco-prêt à taux zéro. Cette aide de l’Etat est en fait gérée par les banques. Elle vous permet d’emprunter, à taux zéro, jusqu’à 30000 euros. La durée de remboursement du prêt se situe entre 3 et 10 ans. Il concerne uniquement des travaux complémentaires de rénovation énergétique du logement principal construit avant janvier 1990. Ils concernent notamment l’isolation complète de la toiture, la pose d’un chauffage fonctionnant via une énergie renouvelable ou l'installation d'une isolation sur les parois vitrées.

Le CITE, une aide pour optimiser les performances énergétiques de sa maison

Le CITE est valable lorsqu’un propriétaire désire effectuer des travaux qui visent à optimiser la qualité écologique de sa résidence, ainsi que ses performances énergétiques. Cette aide financière permet de profiter d’un crédit d’impôt correspondant à 30 % des frais d'équipements énergétiques. Il peut s’agir notamment de l’installation de double vitrage, de la pose d’un système d’isolation… Toutefois, pour pouvoir en bénéficier, les travaux sont à effectuer dans l'habitation principale. Quant au montant, il s'élève à 8000 euros maximum pour une personne qui vit seule et à 16000 euros pour le couple. A cela s’ajoute une plus-value de 400 euros par personne à charge. A noter que le CITE est cumulable avec l'Eco-prêt à taux zéro.

Rénover sa maison via un taux de TVA diminué

Les propriétaires qui veulent rénover leur habitation peuvent aussi obtenir un taux de TVA, qui est réduit de 10 à 5,5 %. Le taux est délimité en fonction de la nature des travaux. Pour pouvoir en bénéficier, l'habitat doit être terminé depuis 2 ans minimum au commencement des travaux. L’appartement ou la maison doit aussi être utilisé comme habitation secondaire ou principale. Les travaux peuvent être effectués par le propriétaire bailleur ou occupant. Il est toutefois à noter que pour être éligibles à ce taux réduit, les travaux qui en résultent sont à régler dans les 3 mois qui suivent le jour de facturation.

Une exonération de la taxe foncière allant de 50 à 100 %

Ceux qui font des travaux, dans le but de faire des économies d'énergie, peuvent profiter d'une exemption de la taxe foncière. Afin de pouvoir en bénéficier, les rénovations énergétiques à effectuer doivent avant tout être acceptées par la mairie. De plus, l'habitation en question doit avoir été construite avant 1989. Les divers travaux d’isolation concernés par une exemption se rapportent à la toiture, aux parois vitrées et aux murs. Si le propriétaire désire installer un appareil de chauffage écologique, il peut également en bénéficier. Cette aide financière est valable pendant 5 ans. Le coût des travaux doit en outre être supérieur à un certain plafond en fonction de la date de leur réalisation par rapport à la date de l'exonération.